Habiter en urgence. La personne en suspens

Accompagner les usagers et les salariés dans l’évaluation d’un dispositif d’hébergement

L’association Espérer 95 a souhaité engager une démarche d’évaluation qui fasse la place à la parole des personnes hébergées, dans la ligne de la loi 2002-2. Elle souhaitait interroger les modalités d’orientation et d’hébergement, les prestations et leur qualité, la prise en compte du projet individuel par l’institution et la participation des bénéficiaires à la gouvernance de l’établissement.

La méthodologie mise en œuvre par les chercheurs du GRAC a consisté à prendre acte de ce que les entretiens ou groupes de travail s’apparentaient à autant de scènes formalisées de parole et qu’ils risquaient de ne pas permettre de recueillir autre chose qu’une parole « stéréotypée ». Proposition a donc été faite de recourir à des observations pour recueillir une parole arrimée au quotidien de la vie dans un hébergement d’urgence.

La parole des usagers concernant le collectif et leur vie au sein de l’établissement ne saurait se recueillir exclusivement dans ces espaces consacrés (ceux des groupes de travail, mais aussi ceux des CVS). Elle se donne tout autant sur d’autres scènes, quoique sous d’autres formats (qui peuvent être tout aussi argumentés et cohérents, mais également moins policés) parce que ces expressions sont alors encore attachées au lieu où les problèmes qu’elles énoncent se posent pratiquement (dans une cuisine, dans le bureau d’un salarié, dans un couloir ou un espace collectif, etc. et que c’est précisément cet attachement qui fait qu’elles peuvent être virulentes, parfois violentes, incohérentes ou impertinentes et du même coup difficilement audibles.

Hypothèse est ainsi faite que faire la place à la parole des usagers c’est tout à la fois se doter d’espaces ad hoc (CVS, conseil de maison, réunion d’expression, etc.), penser leur animation de façon à ce que la parole puisse effectivement y circuler ; et aussi se donner les moyens de faire la place et donc de recueillir (par exemple à l’occasion d’évaluations externes ou internes, mais également au quotidien), la parole des usagers là où elle jaillit, quand parfois elle déborde et risque donc d’être disqualifiée parce que hors cadre.

étude
2010

Mots-clés

Partenaires / Commanditaires